Entre leurs mains

Ma collègue @ambresf m’a invité à l’avant-première du film Entre leurs mains, un projet de documentaire sur l’accouchement à domicile que je suis de loin depuis ses débuts de crowdfunding. Et donc, j’ai été heureux d’échapper aux impératifs familiaux pour aller voir le film ! Finalement j’ai pas pu voir @ambresf de la soirée, j’ai vu plein de monde (parce que le monde de la sage-femmerie est un monde vraiment minuscule) et j’ai regardé tout ça avec @poulepondeuse et @NiSniF.

 

C’était marrant, en fait, avant même le début de la projection. J’ai revu des dizaines de sages-femmes que je connais, j’ai fait la bise à plein de monde, revu de filles de mon école et je n’étais pas surpris de les voir là, elles. Mais c’est une autre histoire, et on en parlera beaucoup plus tard.

Puis le film a démarré, et j’ai été happé. Ca commence par une scène banale de la vie quotidienne, ça commence par des sages-femmes sur la route, par un accouchement dans la douceur et par ce qui semblera naturel à partir de maintenant.

Et on suit les péripéties de quatre sages-femmes libérales qui font des accouchements à domicile. Elles sont marginales, même pas mises dans de vrais chiffres car considérés comme un épiphénomène. C’est franc, c’est direct, c’est surtout, et avant tout un film sur la réalité de l’accouchement à domicile avec ses transferts, ses questionnements, ses doutes et sa zone grise actuelle, à la frontière de la légalité.

Ce film est militant, ce film est juste, et ce film n’a pas de narrateur. Surtout pas de narrateur. Il montre sans expliquer, et il laisse au spectateur le nécessaire travail de compréhension.

 

J’aime ce film parce qu’il rétablit la vérité sur l’accouchement à domicile. Il montre la vérité de son exercice avec quatre sages-femmes qui travaillent différemment. Ce n’est pas barbare, ce n’est pas un truc de hippie ou de fou, c’est simplement le retour au domicile d’une activité normale. Comme le dit Jacqueline Lavillonnière à un moment : « Il faut des contractions pour faire sortir quelque chose d’une cavité. C’est valable pour le rectum, la vessie ou l’estomac, pour n’en mentionner que quelque unes, alors pourquoi est-ce qu’on se prend autant la tête avec l’utérus ». 

Je n’aime pas ce film, parce que j’ai l’impression que ma façon de bosser, dans un niveau 1 physio, est encore beaucoup trop médicalisée, et qu’il me rappelle le chemin qu’il me reste à parcourir avant d’arriver à être un vraiment bon sage-femme.

Parce que surtout, ce film est un plaidoyer pour la profession de sage-femme, un film qui montre que nous ne sommes pas des mini-obstétriciens, et que la technique n’est pas, ne dois pas, être le bout du chemin. Ce n’est que le début.

 

Bref, le film passe sur Public Sénat plusieurs fois en décembre, il repassera en avril, je vais acheter le DVD, j’espère qu’il fera beaucoup de bruit, etc.

Et je vous enjoins à aller lire les articles respectifs que ne manqueront pas d’écrire les gens qui étaient avec moi, pour avoir leur point de vu.

Bon vendredi.

 

Edith m’a soufflé que mes consoeurs ont écrit des articles elles aussi, alors on cliquote hein !

Ella et Valentin
Ni Fée Ni Sorcière

9 réflexions au sujet de « Entre leurs mains »

  1. Pauline

    Merci pour cette réaction sur le film. Et courage pour le chemin pour arriver à ce que l’aad devienne normal dans la tête d’un grand nombre.
    Et j’espère que le film ouvrira les yeux de beaucoup afin que pleins d’autres parents puissent vivre ce moment magique et si fort que nous avons partagé avec Sidonie.
    Bonne continuation et bonne diffusion de DVD en avril!

    Répondre
  2. Ping : La basse cour de la poule pondeuse » Faire un bébé Naissance » Entre leurs mains

  3. Ping : Entre leurs mains | ni Sorcière ni Fée

  4. Ping : Entre leurs mains… Nos vies naissent |

  5. Ping : Entre leurs mains… Nos vies naissent |

  6. Ping : Je zappe | Carnets d'un Passeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>