Comment j’ai quitté l’hôpital

Je me souviens qu’au moment où le soleil est entré par les velux du plafond, je me suis senti un peu mieux. Un peu triste aussi. Très las. J’avais une pile de dossier immense à finir et un dernier staff à assurer. La cadre m’a invité à prendre un café dans son bureau et on a échangé des banalités. J’ai finis mes dossiers, j’ai dit au revoir à tout le monde, et j’ai quitté ma garde.

Une petite larme a coulé sur ma joue. C’était plus ou moins ma dernière garde.

C’était il y a un an et trois mois.

J’ai pris un peu de temps pour moi, parce que j’avais besoin de souffler. Je crois que je n’avais pas pris de pause depuis vraiment longtemps : j’enchaînais les gardes, et quand j’étais libre je cherchais de nouvelles chaînes.

J’ai pris une semaine. J’avais un salaire qui tombait à la fin du mois et un peu d’argent de côté. Le chômage courait depuis le début de l’année, au cas où. C’est la réalité des sages-femmes jeunes diplômées. J’ai regardé les annonces.

Comme si j’entrais dans un magasin de chaînes professionnelles :
« Bonjour monsieur le vendeur, j’voudrais un autre contrat. De préférence pas trop violent, je sors d’une série noire.
− Ah ça tombe bien, on en a un beau en ce moment à VilleQuelquePartEnFrance, vous avez une voiture ?
− Non, j’ai pas le permis.
− Ah, c’est regrettable. Sinon j’ai toujours cette possibilité à HôpitalBourrin. C’est un mois renouvelable pour un remplacement non mentionné sur le contrat. C’est pas très légal, mais vous aurez votre dose pour trois ou quatre mois.
− Je… Je ne sais pas. Je peux repasser ?
− Revenez la semaine prochaine, j’aurais peut-être du nouveau… Mais ne traînez pas trop, j’ai des dizaines d’acquéreurs possibles. Les affaires marchent pas mal en ce moment. »

La perspective d’envoyer un CV pour qu’il se noie parmi une trentaine d’autres sur un bureau ne me faisaient pas rêver. Alors j’ai réfléchi une semaine de plus. Je me suis dis que, quitte à ne rien faire il valait mieux se former, alors j’ai fais ma première formation professionnelle continue et…

Ça m’a fait du bien. Tellement de bien. J’ai pu discuter avec d’autres sages-femmes en dehors d’un cadre professionnel, sans les interruptions liées à des sonnettes ou à un rythme de travail. Et j’ai fait ce truc cliché que font les sages-femmes dans les documentaires de télé-réalité quand elles ont un doute : j’ai appelé une de mes mentors.

Je pense que 10lunes et Etlacigogne sont les fées sur le berceau de mon cabinet. C’est le moment où j’ai commencé à y croire. Et ensuite j’ai appelé les sages-femmes de mon coin pour savoir quoi faire.

 

Il y a un an, j’ai été sur le site de l’URSSAF.

C’était un dimanche matin sur l’ordinateur de ma chérie, dans le froid de son salon avec la paille de la chaise qui me piquait les fesses. Je me disais que si je ne le faisais pas, j’hésiterais.

Je cherchais des informations : où aller, quels documents fournir. J’ai plissé les yeux devant le formulaire en ligne, j’ai hésité sur trois ou quatre items et, quelques recherches google plus tard, j’étais le patron de ma propre entreprise. Jimmy Taksenhit, sage-femme. En gros. J’ai ensuite déclaré les choses sur le site du conseil de l’Ordre.

Dix minutes plus tard, quand je me suis glissé sous les draps tout chaud, je suis resté à écouter la respiration de ma compagne qui dormait à mes côtés. Je ne pensais pas que se mettre en libéral était si facile. J’ai regardé le plafond avec angoisse et excitation.

Mes ennuis ne faisaient que commencer.

 

Mes joies aussi. J’ai attendu un an avant de commencer à écrire sur ce sujet parce que je ne voulais pas brusquer les choses, prendre du recul…
Aussi, le blog a soufflé ses cinq bougies la nuit du nouvel an. Quand je repense à ce temps là, cela me semble loin. 

3 réflexions au sujet de « Comment j’ai quitté l’hôpital »

Répondre à Georgia Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>