Le Village – 14

« Une sage-femme, ça manquait par ici. Je viens voir comment vous êtes. »

C’est franc et honnête.  Elle a un commerce dans le quartier et elle connait beaucoup de monde.

C’était il y a deux ans.

Ça a commencé petit à petit avec des gens du coin. Le nom de cette première patiente revenait de temps en temps. J’ai fait des visites à domicile, j’ai reçu des gens pour les grossesses et les rééducations du périnée. Maintenant certaines viennent me voir « pour ne pas déranger leur gynécologue », et le gynécologue en question préfère de toute façon l’obstétrique.

Photo by Nina Strehl on Unsplash

 

Le plus difficile a été de passer ma phobie téléphonique et de faire connaissance avec les médecins, les kinés, les ostéopathes et, bien sûr, les autres sages-femmes.
Ils ont été accueillants et sympa, même si nos échanges sont rares. De temps en temps on se ré-adresse des patientes parce que l’agenda est plein.

Je sais qui fait les consultations de pédiatrie et qui est nul en allaitement. Je sais qu’unetelle fait de l’osteo-gyneco, que l’autre a cet appareil très cher mais diablement efficace.

 

Il y a quelque chose de très nouveau pour moi, de très  bizarre. Les gens me reconnaissent dans la rue, peu à peu des familles m’ont accueilli. C’est encore léger et assez diffus, mais je me sens mis à une place. Je suis une des sages-femmes du quartier.

Je discute avec la boulangère et je croise des gens à la supérette, certains coiffeurs me recommandent.
Une amie a appris mon installation par son esthéticienne ; Paris est parfois juste un village.

De temps en temps je sors dans la rue et je croise des parents qui vont au parc. Un des premiers nouveaux-nés que j’ai vu a 1 an et demi et court partout.

C’est fou comme ils grandissent vite.

2 réponses sur “Le Village – 14”

  1. Ce que tu décris ressemble à ce que je vis dans mon petit village perdu au fin fond des Pyrénées où je suis installée depuis 2ans. Sauf que la question de départ c’était « une sage-femme ? C’est quoi ? »
    Mais celles qui avaient besoin d’une sage-femme m’ont finalement vite trouvée !

    1. C’est souvent le cas j’ai l’impression. Elles viennent pour un truc, découvre une autre choses au détour d’une conversation et reviennent.
      Ça doit être radicalement différent d’être perchée dans la montagne ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *