Un coup de fil – 12

Je savais que cette patiente était tatillonne et je suis arrivé tôt. La joie des transports parisiens ; les retards éventuels s’accumulent facilement.

Quand je dis qu’elle était tatillonne, c’est parce que c’est une uro-gynéco − la grande découverte de l’installation en libéral. Avec la rééducation du périnée je me suis retrouvé confronté à des patientes qui sortent vraiment de ma génération. À 30 ans les gens comprennent avec un sms que je suis là dans 5 minutes ; à 70 ans j’ai parfois du mal à avoir quelqu’un au bout d’un téléphone fixe.

Photo by Adria Berrocal Forcada on Unsplash

Elle était ma doyenne, elle me faisait beaucoup rire. Je ne faisais pas de manuelle avec elle, mais que du travail à la sonde ; cela nous laissais le temps de papoter. Nous faisions des progrès et nous parlions. De sa fille qui s’était mariée, puis remariée, puis re-remariée, de ses nombreux petits enfants.

Au fil des semaines elle m’a confié ses milles vies et son histoire romanesque. C’était notre jeudi matin, notre rendez-vous d’avant le marché.

Elle était en retard.

C’était inhabituel.

Elle n’est pas venue. Puis la patiente suivante est arrivée et j’ai fait ma consultation, puis la suivante et la pause de midi.

Et mon téléphone professionnel a sonné.

C’était une femme que je ne connaissais pas. C’était à propos de ma patiente. L’échange a été bref, elle m’a dit qu’elle ne viendrait plus. Elle m’a demandé si elle me devait des honoraires. J’ai essayé de dire autre chose que des banalités, mais j’ai toujours été nul pour ce genre de choses.

J’ai raccroché et j’ai hésité un instant. Puis je suis allé sur mon logiciel et j’ai coché la case « décédée ». Et j’ai versé une larme pour elle.

C’est pas courant pour une sage-femme de perdre une patiente comme ça.

5 réponses sur “Un coup de fil – 12”

  1. Commentaire précédent inadapté, je.découvre pour ma plus grande joie que cette année encore 10lunes tient un calendrier de l Avent ! Merci à tous les 2 alors !

      1. Il y a plusieurs de tes derniers articles qui m’ont touchée et que je souhaitais commenter mais j’ai cru que tu avais désactivé les commentaires ! Mais je te lis dans l’ombre depuis … longtemps ! Et je crois que je ne suis pas la seule.

      2. Je n’ai pas désactivé mais le serveur a fait un AVC et on a pu sauver que les articles. Les commentaires ont disparu (heureusement, vu certains trucs sous les articles sur la vaccination).
        Du coup tout le monde repasse par la case modération préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *