Fragile ? – 7

La première fois qu’elle m’ouvre sa porte, elle a l’air perdue.

C’est un premier bébé, et un léger prématuré.

Pas assez pour rester à l’hôpital, mais assez quand même pour nécessiter un suivi rapproché.

C’est pour ça que je suis là. Pour lui.
Beaucoup pour elle quand même.

Photo by ORNELLA BINNI on Unsplash

 

Il fait un peu plus de deux kilos et je le découvre : un petit visage, un bonnet enfoncé jusqu’aux yeux et un tas de couvertures. Elle a peur, il a froid, il mange peu ; il est si petit.
Mais la puéricultrice de l’unité mère-enfant a réussi l’accrocher au sein, et quand elle le met il faut le regarder téter comme un désespéré.

On discute longtemps pendant cette première visite. On reparle de l’allaitement et de son fonctionnement, on feuillette le carnet de santé et on reparle. Oui ses mains sont froides, comme tous les bébés. Ses pieds aussi. Si son nez est froid ce n’est pas qu’il est malade. Je retire une première couverture et elle la remet quand je pars.

 

Au fil des visites elle le regarde prendre du poids, scrute la balance comme si elle mentait. Je la vois prendre confiance en elle, faire les soins et retirer peu à peu les couches sous lesquels elle l’avait enfouie. Je choisis mes mots avec soin, je souffle en douceur sur la braise qui couve sous les cendres.

 

Quand j’arrive pour notre dernière visite elle m’ouvre avec son bébé au sein. Il a juste un body et elle le tient fermement. Je ris en pensant aux deux semaines que nous avons passé pour en arriver là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *