Apprendre – 11

La pratique est peu fréquentée, le temps ne motive sans doute pas grand monde ; les gens sont restés sous leur plaid à boire du thé.

J’invite une des follows désœuvrées et elle me dit avec un sourire, un peu mal à l’aise, « je te préviens, je ne suis pas très bonne, je suis débutante ».

Moi aussi.

Photo by Aaron Burden on Unsplash

 

Une danse c’est l’occasion d’apprendre, toujours. Je dois faire attention à mon guidage. Si elle a commencé il y a peu je dois exagérer, si elle est beaucoup plus confirmée je dois être très précis.

Il ne s’agit pas que de bouger la main, mais d’utiliser son corps dans l’espace, de gérer l’énergie et l’équilibre. Pratiquer sert toujours à affiner ses gestes.

 

Une rencontre c’est l’occasion d’apprendre. Je n’ai jamais été quelqu’un de très extraverti. Je ne comprends pas toujours du premier coup ce qui semble être implicite pour beaucoup.

Il ne s’agit pas que de parler, mais aussi de langage corporel. Rencontrer des gens est important pour garder un esprit ouvert, pour être empathique, se rappeler tous les jours que le connard qui t’écrase le pied dans le métro passe aussi un mauvais moment.

 

Une consultation, c’est l’occasion d’apprendre.

La richesse d’une sage-femme, c’est son expérience. Je ne sais pas, je ne saurai jamais ce qu’est être une femme. Je ne suis pas né avec les bons organes ou le bon cerveau ; personne ne m’a fait subir cette oppression patriarcale qui fait dire que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars.

Quand je vois une patiente, j’ouvre mes oreilles en grand et j’apprends des tas de choses.