C’était la fin d’une semaine de cours. Je n’ai pas encore parlé de la deuxième semaine et de ce qu’il s’y passa, je sais, mais je vous avais laissé avec un cliffhanger terrible. Il faut penser à son public. Et comme je suis sur mon téléphone, je dois faire un peu cours. Je vous ferai un flashbackc’est promis.

La ronde des sages-femmes

Ce fut ma première table ronde. J’en ai vu d’autres, beaucoup d’autres, et je ne sais pas si on peut parler de table ronde, mais c’était marqué comme ça sur l’emploi du temps. L’emploi du temps est un maître absolu en école de sage-femme, on apprend ça très vite. Donc à ma gauche, plus de vingt ans d’expérience au compteur, de nombreux types d’exercices représenté et une idée de ce qu’elles font là, les sages-femmes. À ma droite, les touristes. Sérieusement en m’asseyant à cette table ronde je me suis demandé ce que je faisais là. Elles ont donc commencé à nous parler des sages-femmes.

Les libérales d’abord. Elles étaient deux, rayonnantes avec des cheveux bouclés et une paire de lunette. Puis il y avait une rousse dynamique qui travaillait en PMI et qui nous a parlé de son travail. En retrait sur la droite il y avait… Je ne sais pas comment l’appeler. On va dire V, comme Vendeta, terreur toutes catégories confondues des étudiantes sages-femmes en salle de naissance à la mater école, sage-femme de salle pure et dure.

Avant d’aller plus loin, j’ai un aveu à vous faire. J’adore V. J’adore cette sage-femme et je lui doit énormément dans ma formation clinique. C’est une sage-femme, comme V dans le film, qui laisse son ombre dans de nombreuses conversations. Craintes et respectée. Ainsi V a lâché trois mots pour présenter sa partie. Et un silence pesant s’est installé.

La formatrice a donc essayé de meubler avec sa carte « Est-ce que vous avez des questions ? » en rappelant que c’était l’objectif de la table ronde. Si un jour vous modérez une table ronde, ne faites pas ça. Par un effet de réaction naturelle, un ange est passé au dessus de la salle. Il s’est arrêté prendre le café. La formatrice a posé une question aux libérales qui ont un peu orienté les choses. Il y a eu une question, puis une autre, puis ça a commencé à se délier. V gardait le silence avec les bras croisés sur la poitrine.

C’est au milieu de tout ça que le gars de ma promo a demandé si « les sages-femmes s’étaient déjà mobilisées pour les salaires » tout ça. Les sages-femmes se sont regardées, interdite, la formatrice nous a accordé un facepalm magistral. Il ne faut pas lui en vouloir, on ne savait pas pour la grève de 2001, on était victime de la désinformation à l’époque.

V a explosé. « Je vais pas laissé des bleus nous faire la morale là dessus. Ca se trouve, vous serez plus là l’année prochaine, alors je vois pas pourquoi je vous répondrais là dessus. » A postériori je comprends.

La table ronde s’est fini comme elle avait commencé. Après ce coups d’éclat, il y eut quelques questions supplémentaires mais on s’est vite arrêté. Il faut dire que trois semaines à bosser sur un exposé, cinq présentations orales et quatre cours magistraux avaient plutôt réussi à nous faire piger où on allait mettre les pieds.

Ce n’était pas au paradis, loin de là.

Je reviendrai sur l’histoire avec V plus tard (d’ici une petite trentaine d’épisode, donc pas d’impatience).

 

Maintenant que j’ai terminé ce cliffhanger je vais pouvoir vous raconter la fin de ma deuxième semaine, et pourquoi c’était aussi sympa.

Je m’excuse si mes parutions sont courtes et hachées, mais je soutiens mon mémoire après demain et j’ai envie de quitter cette école avant de passer aux choses vraiment sérieuses. Mais vous aurez un truc cool demain, promis.

4 réflexions au sujet de « 5 ans dans le retro (9) »

  1. Jimmy Taksenhit Auteur de l’article

    Cette après midi, pour être précis. Je penserai à toi en montant sur l’estrade, je vais essayer de faire aussi bien !

    Edit : dans le rush, j’ai lu « quand », mais non. Oui, tu sais très bien qui c’est, je pense même que tu as dû l’avoir aussi et en parler beaucoup dans ta promo, comme dans toutes les promos.

    Répondre
  2. Jimmy Taksenhit Auteur de l’article

    Oui, ça s’est plutôt bien passé. Pas de mention, mais El Professor a été assez sympa avec moi.
    Ca m’aurait fait plaisir que tu t’incruste et que tu viennes boire une bière avec nous après !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>