5 ans dans le retro (5)

Les vacances étaient terminées. C’était le moment de se remettre aux choses sérieuses. Je faisait ma pré-rentrée en école de sage-femme pour le meilleur et un peu pour le pire. J’étais motivé, gonflé à bloc.

« Tiens, vous êtes encore là ? » C’est avec cette phrase que ma directrice m’accueillit pour constituer mon dossier. Je lui ai raconté ma vie, elle m’a raconté la sienne. Elle a noté mes hobbys. Je me souviens que je lui ai dit « écrire » et qu’elle a noté « écrit des scénario. Je parlais à l’époque de nouvelles fantastiques.

Comme si l’écriture de scénario était un hobby. Même en jeu de rôle c’est presque une corvée.
(Vive les post-it!)

Après notre entrevue elle m’a fait visiter ce qui a été mon école pendant quatre ans. Mon absence d’école en fait. Il paraît qu’ils veulent déjà fermer la nouvelle.

J’ai vu quelques personnes, elle m’a expliqué que je devais viser « l’excellence » et je me suis ensuite éclipsé pour aller à la médecine du travail.

D’abord avec la charmante infirmière qui m’a faitma première bandelette urinaire ever. Elle m’a trouvé des proteïnes dans les urines. Trois croix. C’est un comble pour un sage-femme. Je lui ai demandé si c’était grave. Ellem’a répondu « Soit vous êtes deshydraté, soit vous faites une insuffisance rénale. » comme si elle disait « C’est parce que vous mangez du chocolat. » J’étais à jeun, mais reins étaient saufs. « Il faudra contrôler ça la prochaine fois, hein. » J’ai passé des test, j’ai été faire une radio pulmonaire à l’autre bout de l’hôpital, puis j’ai vu le médecin du travail.

Il m’a engueulé parce que je n’avait pas fini ma vaccination hépatite B et m’a prescrit une serologie. Puis il m’a pris la tension, m’a palpé le ventre et il m’a tenu la jambe pendant 35 minutes avec un power point (je hais ces trucs) pour essayer de me traumatiser avec les dangers de mon futur métier.

Bizarrement les externes de pneumo qui soignent des tuberculoses multiresistantes n’ont pas de suivi à la médecine du travail.

Je suis répassé devant l’infirmière qui m’a fait un échantillon de chaque piqûre sauf une sous-cut. Donc la prise de sang, le tubertest et le vaccin hépatite B dans le même bras. C’est gratuit !

En entrant dans ces études j’avais peur des aiguilles. À ce régime là ça n’a pas duré.

Il me restait donc la fin d’après-midi pour aller chercher mes tenues. Pour cela, changement total d’hôpital et direction la lingerie centrale de l’AP-HP, un gros bâtiment de la Pitié.

Le livret d’accueil stipulait un lieu très précis. Sur place, néant. Aucun panneau. Je suis donc entré là où j’ai pu et jee suis retrouvé dans une laverie gigantesque avec tout ce qu’on peut croiser de cuves, de machines à laver et à repasser. Des blouses sur cintre fendaient l’air sur leur monorail ; des gens avec des costumes de protection s’affairaient. Je suis Mulder au sous-sol du FBI qui n’existe pas.

Après avoir demandé à quatre personnes différentes, livret à l’appuie, j’ai fini par trouver une pièce où travaillaient une dizaine de couturières. Sans avoir pu dire ouf, je me suis retrouvé sur un tabouret avec une femme rondouillette qui virevoltait autour de mot en prenant mes mesures. Elle me colla la taille 5 avec quelques ajustement dur les jambes, et je filais l’essayer dans une cabine. Elle se lança pendant ce temps là dans un débat avec ses collègues pour savoir ce que je pouvais avoir comme uniforme. Surtout pas celui des élèves sages-femmes. À défaut de tunique rose, je me retrouvais en tenu d’aide soignant.

Je suis sorti de là piqué, vacciné, dépisté, habillé et mesuré. Un beau moule en préparation pour faire un beau sage-femme.

Au moins, on a échappé au voile.

J’avais encore trois bonnes semaines devant moi avant la rentrée. Il me restait l’inscription à la fac et un rendez-vous à la médecine du travail, mais je ne pouvais même pas imaginer ce qui m’attendait pour la suite.

2 réflexions au sujet de « 5 ans dans le retro (5) »

    1. Jimmy Taksenhit Auteur de l’article

      Justement, c’est une des questions qui jalonnent mon parcours : j’ai construit ma vocation. Dans ma classe on devait être 4 ou 5 à avoir une vocation au départ.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>